Ecris une histoire gay de ta life et gagne des tickets gratos pour mater les videos !

Le rituel de Kader

Quand il a envie, c'est le même rituel. Je sors du sport bien transpirant et je passe le voir à son appartement. La porte au 2ème étage est entre ouverte. Il m'attend en petit déjeunant. Je rentre. Je pose mon sac de sport par terre puis je me mets à genou devant lui. Mes mains montent le long de son torse et je viens lui caresser les tétons. Pas lui pincer, lui caresser. Moi seul y arrive selon ses dires. Son gland commence alors à dépasser de son short, je m'exécute: coup de langue autour de son beau gland circoncis qui grossit grâce à l'action de mes doigts. Kader commence à fumer et à se détendre. La journée sera bonne dit-il. Puis il se relève tout me maintenant la tête, parcourt avec ses doigts mes dessous d bras, il est heureux, je suinte. Il me relève et vient me lécher le dessous e bras gauche, je fais de même. Même rituel avec le droit. Puis nous en nous enlaçons. Avant d monter à la mezzanine, Kader m'entraîne au niveau de la salle de bain. La pisse chaude du matin ruisselle sur mon corps dans la cabine douche; Kader a les yeux brillant, il est très content. Je monte sur son lit en haut de l'escalier raide, il m'attends en mode pacha allongé les pâtes bien écartés, le gland bien grossi. je m'allonge sur lui, je mange son gland encore plus gros, et mes mains viennent sur ses tétons. Kader veut voir si je suis enfin près ce matin. Il tâte mon trou et me dit "tu me diras quand tu seras prêt". Je relève la tête. PAs besoin de donner ma réponse. Il me dis devenir s'asseoir sur lui et de continuer le travail des tétons, doucement, tranquillement. Son gland frotte mon cul poilu. Kader est beau. Son regard est concentré. Puis naturellement, le gland rentre. Kader me rassure. Il va encore plus loin. Il sent que je m'ouvre, J'ai l'impression que je tombe dans un puit glacé. tout est trouble en moi. Kader me caresse, me câline, et reprend les va et vient. "On a le temps pour la fécondation". Il se retire et me dit de m'allonger, que je serai mieux. Il relève les jambes, mes mains se posent instinctivement sur ses tétons et nous reprenons. Que c'est bon. C'est sensuel et sexuel. Kader, va un peu plus vite tout en en prenant son temps. Je commence à réouvrir les yeux. Il est là entre mes potes et son regard brillant devient plus noir. Il m'en avait toujours parlé mais je n'avais jamais pu l'obérer. Il va donc juter. Il ne quitte plus mes yeux. Mon cul est à lui et lui seul pourra en faire ce qu'il veut. Il se retire une deuxième fois et jouit sur mon cul poilu, avant de venir enfoncer dans un dernier soupir la semence si précise. Je ferme de nouveau les yeux. Un sentiment de satisfaction m'habite. Je m'allonge. Quand je reprends mes esprits, Kader fume en bas tout en étant au téléphone. Il me fait un clin d'œil, je m'agenouille devant lui. Il me pose la main sur la nuque puis je prends mon sac de sport... Je vais être en retard au premier cours de la fac qui est presque en face. Dans l'escalier vermoulu, je soupire de bonheur.