Ecris une histoire gay de ta life et gagne des tickets gratos pour mater les videos !

Le rebeu de mon pari

Alors qu'on déconnait pendant un cours, mon meilleur pote voulait pas me croire que je serais capable de me taper le premier mec que je verrais. Nous avons donc parié et c'est comme ça que je me suis retrouvé à devoir prendre une photo du premier mec avec qui je baiserais. Je me dirige vers les toilettes après mon cours parce que ma vessie va exploser. Je me mets devant un urinoir et commence à me soulager. Non loin de là, un autre mec de ma promo arrive et sort sa bite pour pisser, lui aussi. J'ai eu le temps de la voir, et il n'a pas de quoi rougir. Sa peau métisse et ses cheveux crépus ne trompent pas, c'est un beau rebeu. Je le détaille, avant de détourner le regard pour ranger ma bite. Du coin de l'œil, je le vois m'observer. Je tente le tout pour le tout et m'approche de lui. Il me voit, et commence à se malaxer le paquet. Cool ! Mon intuition ne m'a pas trompé, et je vais pouvoir me servir de ce maghrébin pour gagner mon pari. Je lui fais signe de me rejoindre dans une des cabines de toilettes. Je le vois entrer après moi. À peine a-t-il fermé la porte que déjà, son pantalon est en bas de ses jambes. Je sais ce qu'il veut. Il n'est pas pédé, il a juste besoin de se vider, et ma bisexualité n'a pas dû lui échapper. Je me baisse, et regarde ce pénis. Il est bandé à fond, circoncis, de bonne dimension, surplombant deux magnifiques boules, le tout entouré par une toison de poils bruns très fournie. Ce spectacle me donne l'eau à la bouche, et je m'approche de ses boules pour les avaler l'une après l'autre. Il gémit. Je remonte alors doucement vers son pénis que je prends en bouche. Mon expérience me permet de le prendre en gorge profonde assez rapidement. Mais tout n'est pas gagné, il faut qu'il accepte de se faire prendre en photo. Avec lui, je joue la carte de la flatterie. Je retire son pénis de ma bouche et commence à l'amadouer. – Hakim ? – Qu'est-ce qu'y a ? – Tu peux prendre une photo avec mon téléphone de moi en train de sucer stp, tu m'excites tellement, c'est pour pouvoir me branler après. – Ok, si on voit pas ma tête, je veux pas que tu la fasses tourner, je suis pas un pédé comme toi. Et merde ! – Non avec ta tête, t'es trop canon, et puis super viril. Je te promets je vais pas la faire tourner, en plus je vais pas prendre le risque de montrer à tout le monde que je suis une grosse chienne qui bouffe des queues. Et puis si tu décidais de me casser la gueule je ferais vraiment pas le poids face à toi. T'es trop fort je prendrai pas le risque. Ça semble marcher. Il prend mon tél, et prends un selfie de moi en train de lui sucer la bite. Pour le remercier, je m'applique encore plus, en malaxant ses boules en même temps que je lui pompe sa grosse queue. Ça l'excite tellement qu'il se met à faire des va-et-viens avec son bassin pour que je la prenne encore plus profond. C'est un bon niqueur, pas le premier rebeu que je me tape, mais il confirme mon impression vis-à-vis des maghrébins : ce sont décidément de très bons actifs. Je me promets alors de réussir à en prendre un, un jour pour voir ce qu'ils valent en tant que passifs. Mais ce n'est pas le propos pour l'instant, et je continue à le sucer, le plus avidement possible. Il m'encourage en posant ses mains derrière la tête et en m'indiquant le rythme à suivre. Je m'applique, en faisant quelques gorges profondes. Je sens alors sa bite se durcir, ses mains me l'enfonce jusqu'au fond de la bouche, et mon nez se retrouve collé à son pubis, qui sent délicieusement bon. Il m'inonde alors de son nectar, avant de me libérer de son emprise. J'avale tout avant de me rhabiller et de m'en aller, non sans l'avoir remercié. Je sors des toilettes triomphant : j'ai une photo !