Ecris une histoire gay de ta life et gagne des tickets gratos pour mater les videos !

Avec Hassein

En cette fin d’après-midi, je me rends chez Hassein, suivant ses indications comme il en a l’habitude. Ce mec me baise régulièrement depuis quelques mois, et me considère comme sa femelle. Je le trouve allongé dans son clic-clac déplié en lit à fumer un joint, regardant la télé seulement vêtu d’un short. - C'est maintenant que t'arrives ? Ça fait deux heures que je t'attends ! T'as intérêt à te faire pardonner ! Viens ici ! Il écarte les jambes et me fait signe d’approcher. - Suce-moi, ma chérie ! J’en peux plus d’attendre, là ! Je vais exploser dans mon calbute ! Je m’accroupis entre ses cuisses. Il prend ma tête et me dirige directement vers son entre-jambe. Je commence à sucer sa bite à travers le tissu. Il bande déjà dur ; sa queue déjà bien raide ne demandant qu’à être libérée. Il me regarde le sucer et le lécher tout en fumant. Puis il fait glisser son short, et je vois ces vingt centimètres fièrement dressés devant moi ! Je m'applique à le sucer comme il aime, lentement et longuement. Il me caresse les cheveux en même temps et d'un coup m'oblige à entrer sa queue au fond de ma gorge. Je manque d’étouffer. Je ressors sa queue puis je me remets à sucer plus vite, lui me tenant toujours la tête de sa main. Il contrôle les allers-retours et m'oblige à accélérer le rythme. - Tu suces bien ! T'aimes ça, hein, Bébé ? Allez, continue ! Plus vite, c’est trop bon ! Il bouge le bassin pour mieux me baiser la bouche. - T'aimes ça, hein, sucer la queue de ton mec ! Ouais… C’est bien, ma chérie… Continue, Bébé… Je le suce pendant une bonne dizaine de minutes en subissant son rythme, puis il lâche prise. Je suce alors doucement son gland afin de reprendre un peu de souffle, et je reviens lécher entièrement sa queue. Suivent ses couilles ; ses bonnes couilles bien pleines. - Déshabille-toi, Bébé ! Je m'exécute pendant que lui fait valser son short à travers la pièce. Je continue à le sucer pendant qu'il s'occupe de mon cul. Il m'écarte les fesses, crache sur ma raie, et me donne des fessées ! Il commence alors à me mettre un doigt, puis deux, et trois pour finir. Il aime me dilater le cul avant de me baiser. - Ça, c’est ma chatte, ma chérie ! T’es ma femme ! Tout ça, c’est à moi ! Ça m’appartient ! Le fait de me posséder l’excite vraiment. En disant ces mots, il accentue la pression de sa main sur ma tête, m’obligeant à avaler sa queue en gorge profonde. - Viens t’assoir sur moi ! Il attrape sa queue d’une main et la tape contre mon trou. Il me rentre juste son gland, se met à rire et me donne un gros coup sec. C'est rentré sans difficulté, question d’habitude. Il reste en moi sans rien faire, savourant le plaisir d’être en moi. Il commence à se dandiner sue le clic-clac pour créer des va-et-vient plus rythmés, puis il ralentit pour me donner des coups secs. - Tiens, prends ça, ma chérie ! T'aimes les bons coups de queue de ton mec, hein ? Il fait bouger sa queue en moi en fermant les yeux. Il me bascule alors sur le dos tout en restant en moi et sans arrêter ses va-et-vient à différents rythmes. Puis il me fait basculer sur le côté, et ensuite à quatre pattes. Dans cette position, il s'amuse à aller plus vite et à me donner des coups durs. Ça fait près d’une demi-heure qu’il me baise et j’ai l’impression qu’il compte faire ça dans toutes les positions. Contre toute attente, il sort enfin sa queue et s’allonge à côté de moi. - Suce-moi, chérie ! J’approche mon visage de sa queue. Il se branle pendant que je suce son gland et lance six bonnes giclées de sperme dans ma bouche. - Lèche bien ma queue pour la nettoyer ! Dépêche-toi ! Je m’exécute et avale entièrement sa queue, la sentant se ramollir progressivement sur ma langue. - Je suis fier de toi, ma chérie... Alors j’espère que tu ne vas pas me décevoir pour la suite. Je le regarde, l’air interrogateur. - J’ai parlé de toi avec mon frère Badr. Il est hétéro aussi mais il a très envie d’essayer ton p’tit trou. Je suis à la fois surpris et intrigué par ce qu’il vient de me dire. Je refuse en essayant de trouver les bons mots pour ne pas l’énerver. Hassein se met alors à rire. - Je te demande pas ton avis. T’es ma femme et tu fais ce que je te dis ! Mon frère est dans la chambre à côté. Je lui ai juste demandé d’attendre pendant que je te baisais seul avant de le faire venir. Il appelle alors son frère qui arrive sans tarder, juste vêtu d’un boxer très moulant. On distinguait déjà son sexe à moitié bandé sous le tissu. Hassein me chuchote alors à l’oreille : - T'inquiète, ma chérie, tu vas aimer. Je ne dis plus rien. Badr nous rejoint dans le clic-clac. Il est à genoux devant moi et se touche l’entre-jambe à travers son boxer. Hassein a commencé à se branler. Son frère se rapproche davantage en descendant son boxer. Sa queue est molle mais déjà longue d’une bonne vingtaine de centimètres au repos. Je la prends dans ma main, elle est lourde, massive, et ne tarde pas à prendre des proportions incroyables. Badr me regarde, silencieux. Je caresse sa queue tout en m’approchant pour la prendre en bouche. Elle continue de gonfler doucement dans ma gorge. Les deux frères se parlent en arabe. Je ne comprends pas mais je suis sûr qu’ils parlent de moi. Etant à quatre pattes devant Badr, Hassein s'est mis derrière moi pour me doigter. Il explique à son frère, en Français cette fois, que j'ai une très bonne chatte et que je suis un vrai garage à bite. Il écarte mon trou et y entre directement quatre doigts. Tout à coup, je sens deux mains se poser sur ma tête. Les mains de Badr m’immobilisent et il commence à me baiser la bouche sauvagement. Je ne peux plus bouger. Il me fait mal et va de plus en plus vite. Je salive énormément et j’ai des haut-le-cœur. - T'es une bonne salope, toi ! me dit Badr. Tu suces mieux que les meufs ! Je comprends pourquoi mon frère te baise comme ça ! Pendant ce temps, Hassein tapote sa queue contre mon trou. Il s'est mis accroupi au-dessus de moi et s'empale au fond de moi d'un coup sec. J'ai maintenant deux bites en moi. Pendant un bon quart d'heure, les deux frères s'amusent à me défoncer. Ils se parlent comme si je n’étais pas là. - Putain, Hassein, comment tu la prends bien cette chienne ! Elle kiffe ça ! Elle en redemande ! - T'inquiète, elle kiffe trop ça ! Regarde comment son trou s'élargit après chaque passage de ma queue ! Badr se retire de ma bouche pour aller admirer la queue de son frère dans mon trou ; ce qui est pour moi un grand soulagement. Il me donne deux petites claques sur les joues. - T’es une bonne suceuse, toi ! Et maintenant, je vais te faire le cul ! T’as déjà eu vingt-quatre centimètres dans ta chatte de femelle ? Hassein se retire de mon cul. Il vient se placer debout face à moi et me présente sa queue. Je le suce et, ses mains dans mes cheveux, je le laisse contrôler les va-et-vient et l'intensité de son rythme. Derrière moi, Badr a pris la place de son frère et présente sa queue à mon trou béant. Il entre en moi, lui aussi, en un coup sec. Cette énorme queue est entrée sans difficulté mais pas sans douleur. J'ai crié et ils ont éclaté de rire. - Putain, la salope ! dit Badr. Vingt-quatre centimètres dans son trou, je suis au maximum ! Ils continuent de rire. - Tu dois bien sentir mes couilles contre tes petites fesses de chienne, hein ? Badr me baise assez lentement mais en profondeur. Chaque coup me brule les entrailles. Mon trou est bien élargi et accueille sa queue entièrement. Au bout de dix minutes, il commence à accélérer, de plus en plus vite. Au même moment, Hassein se retire de ma bouche et disparaît de la pièce. Je me demande ce qu'il fait, où il va. Badr continue à me baiser avec intensité. Il se retire et me demande de m'assoir sur sa queue. Il s’allonge sur le dos et je m’empale sur sa queue comme il le souhaite. Il recommence ses va-et-vient en profondeur en me faisant sauter au-dessus de lui. Puis il me redresse pour me faire quitter sa queue. Il s'assoie contre la tête de lit et me fait signe de venir face à lui. Il me tourne et m'aide à me mettre sur sa queue. Nous étions dans une espèce de dérivé de la balançoire. Badr s'applique à me prendre le plus loin possible. Il s’enfonce dans mon cul avec un grand bonheur. Hassein revient dans la pièce et, face à nous, se branle en nous regardant. Badr me jette violemment à plat-ventre sur le clic-clac et, au-dessus de moi, tel un animal en plein rut, il se crispe et éjacule tout son jus au fond de mes entrailles. Je épuisé et essoufflé... Hassein s’approche de son frère et tous deux parlent en arabe. Hassein me demande alors de me mettre sur le dos, les jambes en l'air. Il vient sur moi et me pénètre dans une de ses positions préférées. Il me baise de longues minutes avant de me demander de sortir du clic-clac et de me mettre face le mur les jambes écartées. Ils me prennent ainsi à tour de rôle. Le plus vite possible. Le plus fort possible. Je commence à crier à chaque coup qu'ils me donnent. Je sens mon cul qui brûle. J’en ai presque les larmes aux yeux. Je n'en peux plus. Ils ont fait environ dix passages chacun en lâchant plusieurs fois leur jus en moi. Après tant de coups de reins, j’ai très mal aux fesses. Je m’allonge sur le dos dans le clic-clac, vraiment épuisé. - Allez, on lui met un dernier coup et on se repose ! - OK ! Je prends sa bouche, je te laisse sa chatte. Ça n’en finira pas ! Hassein se place au-dessus de ma tête et pénètre ma bouche de sa queue toujours bien raide. Badr prend position à son tour et commence à me baiser le cul. - Putain ! C’est tellement bon, là-dedans ! Badr jouit le premier. Quelques minutes plus tard, Hassein m'envoie dans la bouche de gros jets épais. J’avale tout. Badr quitte le salon pour se rendre dans la salle de bain pour se laver, en laissant son sperme dégouliner de mon cul trop élargi pour garder toute cette semence. Hassein s’allonge à côté de moi en gardant le silence. Je regarde l’heure ; j’ai du mal à croire qu’il soit plus de 21H00. Quand son frère sort de la salle de bain, nous allons nous laver à notre tour. Et quand nous revenons dans le salon, Badr est déjà en train de dormir dans la chambre de son frère. Hassein et moi nous installons dans le clic-clac du salon et, pendant qu’il regarde la télé, je m’endors sans tarder à ses côtés.