Ecris une histoire gay de ta life et gagne des tickets gratos pour mater les videos !

Le mec de mon frère

Bonjour, C'est le premier récit que je poste ici, j'espère qu'il vous plaira : Je m'appelle Mike, je viens d'avoir mes 18 ans, j'ai des cheveux blonds assez courts et des grands yeux vert-noisette. Je suis plutôt mignon, sans être exceptionnellement canon. Mes muscles sont légèrement développés, mais sans plus. J'ai un frère jumeau, Evan, et on se ressemble comme deux gouttes d'eau. Nous sommes vraiment identiques, à l'exception d'une tâche de naissance sur mon bras, et d'un grain de beauté vers l'oreille de mon frère. Je suis en terminale L et lui en ES. Comme je suis vraiment nul en maths, et lui en philo, il m'a supplié de faire comme on faisait avant, c'est-à-dire d'échanger, et d'aller chacun au contrôle de l'autre. – Allez, s'teuplait, j'te promets que c'est la dernière fois, mais j'suis vraiment trop nul en philo et il faut que je remonte ma moyenne. – Bon d'accord, mais on a pas intérêt à se faire chopper parce que sinon c'est foutu. – Cool Merci. Il me saute dans les bras, et me fait un bisous sur la joue. – Par contre je te préviens, l'avertis-je, si t'as moins de 15 à mon contrôle de maths, tu me fais mes DM jusqu'à la fin du trimestre. – Promis, mais ça vaut aussi pour toi. – D'accord. Nous scellons notre pacte et décidons d'aller nous coucher pour pouvoir être en forme. En plein milieu de la nuit, je suis réveillé par une présence dans ma chambre. Je sens la couverture se lever, et Evan vient se blottir contre moi. – j'arrive pas à dormir. – Viens-là. Je le prends dans mes bras, et nous nous endormons, blottis dans les bras l'un de l'autre, nus. Quand je me réveille, il dort toujours. Un rayon de soleil vient lui chatouiller le visage, et fait ressortir sa beauté. Je le regarde longuement, puis, finit par lui faire un bisous sur le front pour le réveiller. Il me fait un sourire, et nous sortons de notre lit. Nous allons nous coiffer dans la salle de bain, et dès que nous sommes prêt, nous partons pour les cours. Chacun a enfilé les habits habituels de l'autre, lui en bleu et noir, et moi en gris et rouge. Quand nous arrivons au lycée, je me roule une clope en attendant les cours, et je me dépêche de la finir avant d'aller faire le contrôle. Nous nous souhaitons bonne chance, et j'y vais. Quand j'arrive dans la salle, je m'approche d'un des potes de mon frère, et, me faisant passer pour lui, je lui parle comme le ferait Evan. Rapidement, le prof nous demande le silence et nous distribue les copies. Je tombe sur ''Le travail rend-il libre ?''. Et merde, je voulais absolument pas tomber sur ce sujet. C'est pas grave, je fais de mon mieux pour ne pas avoir à faire les DM de mon frère jusqu'à la fin du trimestre. Pendant le contrôle, alors que je lève les yeux histoire de souffler, je remarque qu'un mec me lance souvent des regards avec des sourires en coin. Je crois qu'il s'appelle Léo. Il est typé rebeu, avec des cheveux bruns assez courts, et des muscles saillants. Ne sachant pas ce qu'il veut, je lui rend poliment ses sourires. Une fois le contrôle terminé, je sors des cours. J'envoie un message à ma petite amie Keyla, qui est en S et que je n'ai encore pas pu voir. Je file ensuite vers les toilettes pour me soulager la vessie. Dès que j'ai terminé de pisser, je sens une force qui me pousse dans la cabine de toilette la plus proche de l'urinoir devant lequel j'étais. Le temps que je comprenne ce qu'il m'arrive, je vois Léo qui me regarde avec un sourire pervers en me disant : – Putain j'ai trop envie de toi, ça fait trois semaines qu'on a pas baisé, j'en peux plus. Cette révélation me fait vraiment bizarre mais je comprends tout. Alors comme ça mon jumeau est PD ? Mais j'ai pas trop le temps d'y réfléchir, parce que je vois Léo en face de moi qui semble attendre quelque chose. Je ne peux pas le repousser parce que s'il comprend que je ne suis pas son mec, mais le frère, c'est foutu pour notre couverture, et on va se faire défoncer si les profs ou les vieux l'apprennent. Alors je me résout à m'approcher de lui et à l'embrasser furtivement sur la bouche, sans toutefois mettre la langue. J'étais beaucoup trop naïf de croire que ça lui suffirait… Il me saisit la nuque, et pressa sa bouche contre la mienne dans une longue embrassade. Au bout d'un moment, il me laissa respirer, et revint coller ses chaudes lèvres contre les miennes, tout en pressant avec sa langue pour que j'ouvre ma bouche. Cédant à la pression, je le laisse entrer, et nos langues partent dans un ballet. Ce que je suis en train de faire me dégoûte, mais je n'ai vraiment pas le choix. Et puis, je finis par me dire qu'il ne faut pas mourir con et que quitte à baiser avec un mec, autant que ce soit avec l'un des plus beaux mecs que je connaisse. Je commence donc à m'investir dans ce baiser. Mais ça ne lui suffit toujours pas. Il passe sa main sous ma chemise, et vient titiller mes tétons, ce qui me fait gémir. Il enlève ensuite sa ceinture d'une manière hyper sensuelle, et baisse son pantalon, avant de me faire descendre en m'appuyant sur les épaules. Je finis par me laisser faire, et je m'approche de son caleçon. Je tâte au travers, mais il me colle le visage contre sa bite, avec juste cette barrière de tissu entre les deux. Il fait comme ça des semblants de va-et-viens qui semblent lui procurer du plaisir. Sans savoir pourquoi je me mets alors à bander à fond. Sa bit semble assez énorme. Cédant à la curiosité, je finis donc par baisser son caleçon, et cette magnifique bite surgit, et vient me taper la joue, en y déposant une perle de liquide séminal. Il a une magnifique bite circoncise, avec un gland turgescent dont du précum ne cesse de couler. Le tout repose sur deux magnifiques boules. Je me surprend à admirer cet attirail, ce qui n'est vraiment pas habituel pour moi, plus habitué à bouffer des chattes, qu'à sucer des bites. Mais ce n'est pas grave, maintenant que je suis embrigadé là-dedans je vais jusqu'au bout. La curiosité a pris le dessus sur le dégoût. Je saisis sa tige à pleine main, et entame un mouvement de va-et-viens qui lui provoque un gémissement de douleur. Je m'excuse, c'est vrai qu'une bite circoncise, ça ne se manie pas comme la mienne. Je change de technique, et applique des massages dessus, en faisant tourner ma main autour de son mât. Il semble vraiment apprécier, alors je m'approche, et avale son gland. Ça fait vraiment bizarre, mais ce n'est pas totalement désagréable, et puis j'aime bien le goût qu'a son liquide séminal. J'enfonce alors un peu plus sa bite dans ma bouche. Il doit juger que ce n'est pas assez rapide, et m'enfonce sa bite à fond de gorge. J'ai un immense haut-le-cœur et manque de vomir. Je me retire. – Ça va ? Qu'est-ce qui se passe ? On dirait une pucelle, d'abord tu me fais mal en me branlant et maintenant tu manque de dégueuler en avalant ma bite. T'as oublié comment on faisait en trois semaines ? – Désolé, je me sens pas bien aujourd'hui c'est tout. Il hausse les épaules, et rapproche ma tête de sa bouche. Il ne faut vraiment pas que j'attire les soupçons, alors j'avale vraiment sa bite, le plus loin possible. Il pose ses mains derrière la tête et m'imprime le rythme. Je suis à genoux, face à sa bite, en train de sucer le mec de mon frère dans les toilettes. C'est pas forcément ce dont j'aurais rêvé, mais bon, on s'en contentera. Au bout de quelques minutes de fellation intensive, il sort sa bite et commence à me frapper le visage avec. Il me lance quelques insultes, et continue à me biffler avec son énorme engin. Il lève ensuite sa bite et vient me faire bouffer ses couilles. Elles sont bien poilues, elles sentent le mec, et je commence à adorer ça. Je les gobe comme je peux, et je retourne sur sa bite pour l'avaler en gorge profonde. Il gémit, et trouve que je me débrouille suffisamment bien pour me laisser les commandes. À un moment, je sens que sa bite à un tressautement, il appuie contre ma tête pour me l'enfoncer au plus loin, et je sens son sperme jaillir dans ma gorge. Ça ne s'arrête plus, du sperme sort en continu, et je suis au bord de l'étouffement. Il finit enfin par me laisser respirer, et il vient m'embrasser. Il constate alors que je bande à mort, et il me relève pour s'approcher de ma bite. Léo me baisse le caleçon et se jette sur mon pénis plus long que le sien, mais très fin. Je le sais pour déjà l'avoir vu nu, j'ai exactement la même bite que mon frère donc il ne peut heureusement pas faire la différence. Il continue à me sucer, enchaînant les va-et-viens lent, et les mouvements rapides. Je suis assez endurant, et il n'arrive pas à me faire sortir le lait peut-être aussi vite qu'il le voudrait. Je décide alors de tenter quelque chose, et le relève. Je l'embrasse et le retourne, et descend vers son anus. – Tu es entreprenant dis-donc. Mais c'est pas grave, ta pipe était tellement bonne que je veux bien t'accorder ce petit plaisir – Tu verras, tu regretteras pas. J'écarte ses lobes fessiers, pour découvrir un cul très poilu. Ça m'excite à mort, et j'enfonce directement ma langue, et commence à faire comme je fais d'habitude avec la chatte de Keyla. C'est un peu différent, puisque là c'est un cul, mais j'essaye de faire au mieux. Je commence à enfoncer un doigt pour accompagner ma langue. Il a du mal à rentrer, mais mes massages linguaux finissent par le détendre. Quand je sens qu'il est bien, je lui enfonce un deuxième doigt, rapidement suivit d'un troisième pour qu'il ne se relâche pas. Je me relève et approche ma bite. Je me souviens avoir une boîte de préso dans mon sac, dans le cas d'un imprévu avec Keyla, au cas où on veuille faire ça dans la nature, ou dans les toilettes du bahut. J'en sors un et l'enroule autour de ma bite, puis je la pointe sur son trou. Je le sens anxieux, et essaye de le rassurer. – T'inquiète, elle est longue mais pas très grosse. Tu vas voir, tu vas aimer. Je l'embrasse, et au même moment, quand il est accaparé par les mouvements de sa langue, j'enfonce doucement mais en une seule traite ma bite dans son cul. Il pousse des petits bruits qui montrent qu'il a mal, mais je continue. Arrivé au bout, j'attends un peu. Quand je sens qu'il est prêt, je sors, et je rentre à nouveau d'un coup. Il gémit. Je refais ce mouvement plusieurs fois, et je finis par vraiment l'enculer, en m'activant à fond sur son cul. J'adore cette sensation, c'est encore mieux que dans une chatte. Je continue ainsi pendant une dizaine de minutes, et quand je sens que ça vient, je me retire, vire le préso, le met à genou devant moi, et l'astique jusqu'à éjaculer pour lui faire une faciale. Ça m'a tellement excité, que mon sperme ne cesse plus de gicler sur sa gueule. C'est magnifique. Je lui lèche le visage et finit par l'embrasser pour lui faire partager. Nous avalons tous les deux ma semence, et il se relève pour se rhabiller. Nous nous embrassons une dernière fois, et en sortant, il me lâche : – Tu t'es surpassé aujourd'hui ! J'attends quelques minutes et sort de la cabine de toilette avec le sourire aux lèvres. Je viens de me taper le mec de mon frère qui est un rebeu super canon, et c'était la meilleure baise de notre vie.