Ecris une histoire gay de ta life et gagne des tickets gratos pour mater les videos !

Mon professeur de l'amour

Le weekend du 14 juillet se finit et il est temps pour moi de rentrer. Je dit au au revoir à ma famille, je récupère ma valise et je m'en vais prendre mon train. La nuit tombe lentement au fur et à mesure que nous gagnons du terrain. Sur le trajet, un problème survient, fidèle à elle même, elle fait honneur à sa réputation qu'il la précède comme toujours notre SNCF, mais on ne pourrait se passer de ses services. Nous attendons plus de trente minutes, à port les voyageurs râlent comme tout bon français qui se respectent et certains s'affaire à solutionner leur problème avec plus de class. Tout comme c'est mon cas, je cherchai dans mon répertoire un hébergeur potentiel qui pourrait me laisser dormir le temps d'un soir chez lui. Le retard occasionné ne me permettra pas de prendre ma correspondance. Cet alors que je tombe sur le prénom d'un homme que j'avais rencontrer sur un site de rencontre, nous avions eu le privilège de se rencontrer chez lui à son appartement, nous avions dîner ensemble, mais bien malgré moi je n'ai pu honorer mon hôte tellement pris par la fatigue de patienter, je m'endormis pendant que le professeur corriger les copies de ses élèves. Je pris mon courage à deux mains, et je me décide de l'appeler, ça sonne mon coeur bats tellement que j'ai l'impression qu'il va sortir de ma poitrine. Au bout du fil ça décroche, j'entend sa voie grave me dire "Allô", je lui répond et me présente et lui fait un flash-back pour qu'il puisse se rappeler de moi, à mon agréable surprise il confirme mon souvenir et me dit être heureux de m'avoir ce soir au téléphone, il me demande ce qui lui vaut mon appel et je lui expose le problème et je lui demande si il pouvait m'héberger ce soir, sa réponse ne se fait pas attendre, c'est un "oui" décider qu'il valide ma proposition, je lui informe de mon heure d'arrivée puis nous nous saluons et nous raccrochons. Mon coeur soulager je lâche un énorme soupire de soulagement qui me rassure du fait que je ne paiera pas l'hôtel mais en contre partie je savais dans mon coeur que je n'allais pas me doucher, dîner en sa compagnie et m'endormir gratuitement cette fois-ci. Je savais que lorsqu'il avait ricaner dans le téléphone au moment ou il avait validé mon offre, il avait dont l'idée de me faire payer mes deux nuits et que j'allais prendre chers. Nous arrivons à destination tous le monde descend de voiture, je me dirige vers la sortie, puis j'emprunte un petit raccourcie qui m'amène juste en bas de l'appartement de mon professeur. Je fil dans le commerce à côté pour prendre une bouteille de coca-cola et monte le rejoindre. Je frappe et m'ouvre la porte. Typé pays de l'est, les cheveux ébouriffés le visage un peu rouge me laisse dire qu'il venait de sortir de sa douche la peau blanche comme la couleur du lait les yeux bleus d'un claire absolument envoutant qui me fait chavirés à la renverse dans un océan de pure bonheur, je jubile déjà à la vue. Il portait un simple tee-shirt d'un tissu léger qui laisser paraitre un corps merveilleusement dessiner et sculpter par le sport, un pyjama à taille basse qui laisse deviner de belles fesses bien rondes et bien bombées et la marque du V en bas de l'abdomen et des jambes musclés. On se dit bonsoir on se faisant la bisse et m'invite à me mettre à la laisse. Je le remercie pour son hospitalité et lui donne la bouteille de coca-cola, je lui demande si je pouvais prendre ma douche et me donne une serviette et je part prendre ma douche puis nous passons à table. Nous discutons beaucoup plus que lors de notre première rencontre.Nous abordons des sujets d'ordres personnelle, privée et professionnelles. Je perçois par son bavardage qu'il souhaite me tenir éveiller, le repas en lui-même est très simple et se veut diététique et garantit par la même occasion un éveil de ma part, je comprends alors qu'il est bien décidé ce soir à me faire passer à la casserole. Une fois tous l'ensemble du repas pris, il termine par débarrasser, de faire la vaisselle et d'essuyer la table pendant que je lui tiens compagnie. Puis il me dirige vers le salon, il n'avait pas de rideaux alors il avait de grand drap qu'il accrochait à chaque extrémité cela lui prenait un temps fou du fait de sa petite taille, mais je ne le laisse pas seul dans sa galère et l'aide on plaçant le second drap sur la fenêtre à côté de celle où il avait fini de placer son rideau. Alors que je terminai de crocher le rideau, je le cherche du regard quand lorsque je fus agripper par mon professeur par derrière. Il me dépose un tendre baiser délicatement sur mon cou, il se cambre en avant de sortes à épouser les courbes de mon corps, et se frotte dans le creux de mes fesses du haut vers le bas on prenant le soins de bien positionner son entrejambe orienter vers le haut pour la faire glisser entre ma cambrure rectal, il est passé maître en la matière car tous se fait dans un élan d'assurance emprunt de beaucoup de sensualité et de douceur. Je ne mis pas longtemps à me retourner pour lui faire fasse et présenter ma bouche, nos mains derrière nos nuques respectives, nous nous enlaçons dans une étreinte charnel complice et de respect de soi. Je ne tarde pas tout naturellement à descendre pour affuter l'outil de notre connexion. Il au rendez-vous présentement debout fière circoncis et plein de veine, je lui rend hommage comme il se doit, après tant de temps à m'attendre je lui devais bien ça. Je l'embrasse avec amour tellement qu'elle est belle, je l'empoigne avec tendresse et douceur tellement elle parait douce pure et sans défaut et mes baiser deviennent des baisers carnivores. Après quelques minutes de réglages, je ne sais même pas comment je me suis retrouver sur lui avec sa chaire dans ma peau. Le contact de mon corps sur ses pectoraux et son abdomen eut le don de faire croitre mon désire de lui faire plaisir cet alors que j'écartai encore le plus possible au maximum de ce que je pouvais pour lui offrir une magnifique entrer en la matière, comme connecté et en parfait symbiose, il compris et pris en main mes deux belles fesses pour les ouvrir et enfoncer toujours plus profondément son aventurier dans la partie la plus vierge et inexploré de ma grotte. Le réaction chimique de nos flux et de nos échanges de flux m'avait complètement fait perdre le nord, j'étais enivrer de désires et de pulsions sexuelles pour ce parfait inconnue. Mes sens fut désorienter. Il m'insérer avec délicatesse, élégance et avec beaucoup d'amour. J'ai tellement adoré faire l'amour avec ce professeur que je n'étais plus maître de mon corps, je ne savais pas ce que je faisais et pourtant nous n'avions rien pris. Je lui laisser faire de moi ce qu'il voulait. Mes sentiments pour lui mélanger à mes désirs ne faisait plus qu'un avec lui, je gémissais de plaisir à chaque fois qu'il me l'introduisait et je gémissait de le désirer encore en moi à chaque fois qu'il l'extérioriser de ma chaire et de mon être tout entier. Pas de précipitation, pas de gêne, pas de barrière il me faisait l'amour sur son lit comme si qu'il faisait l'amour à sa femelle. Je n'ai pas une seule fois hurler de douleur non pas une seule fois. Pourtant mon amant du 14 juillet était bien membré un 19/5. Il a joui dans mes entrailles et nous sommes rester là sans boucher on appréciant ce que nos corps avait de plus chers à s'ouvrir : "le don de soit". C'était Billy avec un 14 juillet aux gardes à vous pour citebeur.com, une histoire pour un maximum de relation sex tiré de fait réelle de ma vie.